Défi #5
Défi

Défi #5 – Faire un Autoportrait

Vous avez aimé? N'hésitez pas à partager!
  •  
  •  
  •  
  •  

Faire un autoportrait n’était pas une tâche facile… Pourquoi? Parce que le but n’était pas seulement de faire un “selfie” mais de mettre un peu plus de moi dans cette photo. C’était aussi un défi que je m’étais lancé!

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un autoportrait? On pourra trouver toutes sortes de définitions mais je vais partir sur celle du Larousse:

Autoportrait: Portrait d’une personne fait par elle-même

Dictionnaire Larousse

Ok, mais on va quand même aussi regarder la définition du portrait dans ce cas…

Portrait: Représentation de quelqu’un par le dessin, la peinture, la photographie, etc.

Dictionnaire Larousse

Je pourrais peut-être commencer un essai et continuer à creuser sur le fond mais non… On va plutôt parler de la forme!

Comment je m’y suis pris?

J’avais 2 pellicules de Kodak Tmax 3200 que je voulais vraiment tester. J’en ai donc mis une dans un EOS 3 et l’autre dans un Mamiya C3. Pour les détails, cliquez ici pour voir l’article qui en raconte un peu plus à ce sujet.

Le Duo du Test pour l’autoportrait

Mamiya C3

Challenge #1 – La mesure de la lumière

Tout d’abord, j’ai commencé avec le Mamiya C3. J’ai parcouru la maison de la cave au grenier en cherchant les miroirs. Je voulais enfin m’essayer à cette technique un peu particulière de se prendre en photo au travers d’un miroir.

Mon premier challenge à été la mesure de la lumière… Le Mamiya n’étant pas équipé d’un posemètre interne j’ai dû me fier à mon bon vieux Sekonic.

D’habitude pas de problème, je le pose sous le nez de mon modèle et je mesure la lumière directe mais la… Cette lumière directe allait faire un aller retour avec le miroir avant d’arriver dans mon appareil photo, donc il fallait faire autrement!

Ensuite, j’aurais pu mesurer la lumière directe au niveau du miroir (mon sujet enfin presque) mais le problème c’est que dès que je bouge, ca fait aussi changer la lumière…

Enfin, il y avait bien la lumière incidente devant mon nez mais j’avais peur de la “pollution” lumineuse des fenêtres sur le côté. Mais bon, fallait bien se lancer alors j’ai appliqué ces mesures 😉 et finalement ça a bien rendu!

Le miroir du grenier – Mon auto-portrait préféré!
Celui du couloir

Challenge #2 – Le focus

Faire le focus peut aussi s’avérer être une tâche délicate. Surtout avec une faible profondeur de champs, il vaut mieux essayer d’être précis!

Une des meilleurs astuces que j’ai chipée pour le focus vient de Vincent et c’est l’astuce du manche à balai 😉 Pour le portrait suivant, j’avais placé un balai derrière la fenêtre et j’ai fait mon focus sur le manche. Ensuite, il m’a suffit de revenir du bon coté de la fenêtre et de placer mon oeil à la place du manche à balai avant de finalement déclencher!

Le focus au manche à balai!

Challenge #3 – L’air du temps

Je voulais aussi faire un portrait qui me représentait à ce moment là… Et à ce moment là, l’air du temps était au confinement, au masques et au photoshoot FaceTime puisque nous ne pouvions plus sortir de chez nous! Donc je me suis autofacetimé et j’ai fait une photo de mon écran:

Facetime autoportrait

Canon EOS 3

Pour rester dans le thème de l’air du temps, je devais aussi me prendre en photo avec un masque:

Avec le masque

Avec le Canon EOS 3, tout était plus simple, la mesure de lumière, le focus, le retardateur. Pourtant, les photos que je préfère sont celles du Mamiya C3!

J’ai continué à explorer puis j’ai échangé les miroirs par des vitres, comme celles des voitures mais ce n’est pas vraiment moi. Les voitures et leur vitres bombées déforment un peu et nous raplatissent.

Dans les reflets des voitures

J’ai fini par retourner l’appareil sur moi en faisant confiance à son autofocus:

Pas la plus flatteuse mais je l’aime bien.

Ce que j’ai préféré dans cette dernière, c’est le grain de peau et le ton de gris que la Tmax 3200 peux donner à la peau. C’est en voyant cette photo que j’ai su que je voulais réutiliser cette émulsion! J’espère pouvoir en faire des meilleurs portraits.

Au final

Au final, ce n’était pas facile mais c’était tout de même un exercice intéressant! J’aime vraiment bien comment l’autoportrait avec le miroir du grenier est sorti. J’ai envie de continuer d’essayer mais il faudra juste que je me force un peu car ce n’est pas du tout naturel pour moi. Cependant, je vous conseille quand même d’essayer 😉

J’en profite aussi pour remercier Baptiste (EMGK Photographie) qui m’a vraiment encouragé à m’y mettre!

Merci pour votre lecture! Si vous avez des questions, je vous encourage à les poser en ci-dessous en commentaire, ou bien si vous préférez Facebook ou Instagram, cliquez sur les liens 😉


Vous avez aimé? N'hésitez pas à partager!
  •  
  •  
  •  
  •  

One Comment

  • L.

    Résumons la méthodologie (en photographie).
    1) La camera est tenue à bout de bras afin de pouvoir déclencher (la focale est courte pour l’obtention d’un champ satisfaisant).
    2) La camera sur tripode, la main est reliée à un déclencheur souple (environ un demi-mètre de gagné) ; même opération mais avec un déclencheur pneumatique (environ dix mètres, c’est mieux) mais souvent le câble apparaît dans la vue.
    3) La camera sur tripode, le retardateur m’offre quelques secondes pour m’apprêter à la scène ; il existe aussi des retardateurs individuels additifs.
    4) Un miroir renvoie mon image qui est tributaire des dimensions de la glace ; l’écran d’ordinateur et sa camera peut en faire office avec une impression d’écran ; et puis tout ce qui brille (outil chromé, vaisselle d’argent, automobile, façade de bâtiment…).
    5) La camera sur tripode, une personne déclenche pour moi, tout est préparé en amont (mais « il » ou « elle » dérange l’attitude que je voudrais avoir).
    Le tout en ayant pris soins de repérer l’angle de champ et la distance de mise au point.
    Puis, Thomas de ne confier : « […] mais ce n’est pas vraiment moi […] » et pourtant, « c’est bien toi, puisque tu l’as vraiment photographié » pour citer, de mémoire, Franz Kafka.

    Reprenons les définitions proposées plus haut.
    « Autoportrait » signifie que JE se photographie. Mais si JE me photographie, cela ne devient pas nécessairement un « autoportrait ».
    Si JE est photographié par une tierce personne — sur son ordre et au moment opportun —, cela peut mais pas nécessairement être un « autoportrait ». Alors, c’est quoi, un « autoportrait » ?
    C’est simple. Il faut et il suffit que JE photographie MOI.
    En fait, là est la vraie difficulté. Comme tout élément que vous voudrez évoquer (en photographie*, en musique, en peinture, en sculpture…), il vous faudra bien connaître le sujet traité. (Raison pour laquelle je fais peu d’autoportrait, ne le connaissant pas très bien…).
    Enfin, Thomas de conclure : « Cependant, je vous conseille quand même d’essayer. »

    Le premier conseil : oubliez l’outil et faites un face-à-face.
    Le deuxième conseil : Claude Cahun, Francesca Woodman, Michel Journiac, Dieter Appelt, Gilbert & George, Cindy Sherman…

    Bonnes prises de vues !
    L.

    * C’est sans doute plus pertinent en photographie puisque cette technique élimine une partie d’un tout, elle abstrait ce qui existe réellement le faisant sombrer dans la mort : ça-a-été ; il est toutefois possible de tricher puisque l’instant est fugace.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Participez au tirage au sort pour gagner une pellicule