Pellicules

Pellicules et rayons X (X-rays) dans les aéroports

Vous avez aimé? N'hésitez pas à partager!
  •  
  •  
  •  
  •  

Les aéroports sont ma hantise et ne font pas partie des raisons pour lesquelles je travaille encore en argentique!. Les contrôles sont rarement une partie de plaisir mais sont un passage obligé pour prendre l’avion! Du coup, comment voyager avec ses pellicules pour prendre le moins de risques possibles avec ces “cauchemardesques” rayons X.

Les Rayons X (X-rays)

Tout d’abord quels sont les effets de ces horribles rayons sur nos chères petites pellicules?

Et bien les rayons X que nous ne voyons pas agissent comme de la lumière sur nos pellicules. Ils peuvent laisser des traces plus ou moins voyantes sur toute pellicule non développée (exposée ou pas), genre comme ça:

Effets des rayons X pour bagage à main dans les aéroports
Extrait du site de Kodak
Effets des rayons X pour bagage à main dans les aéroports
Extrait du site de Kodak

Si des pellicules sont marquées par des rayons X, c’est perdu. Il n’y aura rien que votre labo préféré puisse faire pour les sauver. Le post traitement sera aussi une opération longue et délicate pour tenter de rattraper un peu les dégâts.

En soute ou en bagage à main?

Les bagages en soute

En fait, il y a encore beaucoup de distinctions à faire, tout le monde n’est pas impacté de la même façon. Tout d’abord, il ne faut jamais mettre vos pellicules en soute. Les valises passent dans des rayons X bien plus puissant que les bagages à mains et ça donnerait plutôt ça:

Comme vous pouvez le voir, les bâtiments se transforment en arbre après un seul passage au scan! Plaisanterie à part, le voile créé par ce passage rend la photo très difficile à traiter ou à tirer.

Les bagages à main

Pour les bagages à main, les autorités de contrôle utilisent 1600 ISO comme “valeur de triage”. Tous les films en dessous de 1600 ISO peuvent “soi-disant” passer dans le scanner et tous les films de 1600 ISO ou plus peuvent avoir un “traitement de faveur” et passer en contrôle manuel.

Il y a d’ailleurs une étude très intéressante de la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile) que je vous recommande de lire (si le sujet vous intéresse particulièrement).

Sinon, voici le graphique à retenir:

Nombre de passage de pellicules dans les rayons X des aéroports
Extrait du rapport de la DGAC – 2010

Ce graphique nous indique que les films de:

  • 100 ISO ne sont pas impacté même après 48 passages
  • 200 et 400 ISO peuvent avoir des effets visibles à partir de 36 passages
  • 800 ISO peuvent avoir des effets visibles après 12 – 14 passages
  • 1600 après seulement 6 passages.
  • Les films de 3200 ISO ne font pas partie du test.

Infos bonus de ce rapport de la DGAC

Cette étude de la DGAC contient deux autres informations très importantes qui ne sont pas souvent mises en évidence. Je me demande d’ailleurs bien pourquoi!

La première: “Page 4, paragraphe 2 – Position du problème”, il y a une remarque super interessante et super intriguant, j’avoue que j’aimerais bien en savoir plus:

Remarque Seule est prise en compte ici la contribution des rayons X émis par les appareils de contrôle dans les causes d’altération des films. Mais il convient de garder à l’esprit les autres contributions, et notamment celle des rayonnements ionisants reçus pendant la phase de croisière du vol.

Ainsi, l’exposition caractéristique reçue au cours d’un vol Paris – New York équivaudrait à environ 10 passages dans un appareil à rayons X utilisé pour le contrôle des bagages de cabine.

STAC – 2010

La deuxième: “Page 7, paragraphe Modification du grain”

Pour des films de sensibilité 100 à 200 ISO, aucune montée de grain ne peut être détectée, quel que soit le nombre de passages ;

Pour des films de sensibilité 400 ISO, une modification de grain peut être mesurée à partir de 12 passages, par comparaison avec les tirages de l’échantillon- témoin. Mais il convient de rappeler que cette modification demeure quasi indécelable à l’œil nu, et ne l’est éventuellement qu’à l’unique condition de disposer d’un échantillon témoin ;

Pour des films de sensibilité 800 ISO et au-delà, une modification de grain peut être mesurée dès le premier passage, avec cependant les mêmes réserves que précédemment.

STAC – 2010

Recommandations

Après cette lecture très intéressante, on s’aperçoit qu’il est effectivement très facile et pas du tout prise de tête de voyager avec du 100 ou 200 ISO, vous laisser tout dans votre bagage à mains et pas besoin de demander une “faveur” aux agents de la sécurité.

Si vous voyagez avec du 400-800 ISO, la question commence à se poser. Les scans devraient bien se passer mais il y a toujours des cas de malchance et l’impact rapide sur le grain. Demandez à notre ami Nicolas Petit, voici le lien vers une vidéo intéressante où il nous parle de sa petite mésaventure. C’est un peu comme les labos, les développements se passent toujours bien mais de temps en temps, il y a de la malchance. Du coup, demander un contrôle manuel à partir de 400 a totalement du sens. Sachez juste qu’il peut être refusé et il n’y aura pas grand chose que vous puissiez faire même si vous vous mettez à pleurer…

Si vous voyagez avec du 1600 et plus, n’hésitez pas, le contrôle manuel sera accepté!

A faire

  • Mettez vos films dans un sachet transparent comme pour les liquides, cela rendra le contrôle manuel plus facile
  • Ajoutez une pellicule de 3200 (Ilford ou Tmax) dans votre lot, cela rendra l’agent de la sécurité plus docile. Contrôler 1 ou 20 pellicules dans le même sac ne changera pas grand chose pour lui/elle.
  • Systématiquement, demandez un contrôle manuel aimablement et avec le sourire. Cela aide aussi quand vous avez l’assurance de celui qui ne passe pas par ici pour la première fois… N’hésitez pas à insister en rappelant que les effets sont cumulatifs et que vous allez devoir passer plusieurs scans, du coup, plus vous pouvez en éviter et mieux ça sera.

À ne pas faire

  • Ne pas insulter ou menacer l’agent qui vous refuse un contrôle manuel… Si vous n’avez pas de films de 1600 ou plus, il ne fait que son boulot. On est d’accord, il n’est vraiment pas sympa mais il n’est pas là pour ça…
  • Ne pas se préparer à l’avance. Si vous devez retourner votre sac pour trouver vos films, cela va surement irriter l’agent qui est là pour faire avancer les gens.
  • Ne pas mettre vos films dans les bagages en soute.

Au final

De ma propre expérience, quatre fois sur cinq ça se passe bien et le contrôle manuel est accepté. La fois sur quatre qui reste, mes films n’ont pas souffert du passage au scanner.

J’ai eu un contrôle manuel refusé à Faro (Portugal), Siem Reap (Cambodge), Londres Heathrow (UK) mais en général ca se passe bien.

J’ai voyagé pendant 6 mois avec le même lot de pellicules en Amérique du Sud. Elles ne sont pas passées une seule fois dans un scanner à rayon X! J’ai quand même dû sortir mes meilleurs arguments à l’aéroport de Buenos Aires mais j’étais sur un vol interne et les contrôleurs n’avaient pas l’équipement pour faire le contrôle manuel dans cette partie de l’aéroport. J’ai franchement insisté car j’avais de la Ilford en 3200 et ils ont fini par m’épargner le passage au rayon X… Ouf 🙂 Sympa.

Aux Etats-Unis et bientôt en Europe

Attention: Pour les voyageurs aux Etats-Unis il y a du nouveau. La TSA (Transport Security Administration) est en train de déployer des scanners du type CT (Computed Tomography). Ces scanners peuvent endommager de l’ISO 400 en seulement un passage. Tous les détails sont ici sur la page de Kodak qui a travaillé avec la TSA pour connaître un peu mieux ces scanners. Les aéroports “touchés” sont généralement bien informés et le contrôle manuel y est facilité. D’ici quelques mois, ils seront 145 aéroports à utiliser cette nouvelle technologie.

Sur Twitter, un internaute a demandé à Kodak US si il pouvait fournir aussi des infos sur les aéroports en Europe. Malheureusement, Kodak US a renvoyé vers leurs collègues Européens.

Je ne sais pas si Kodak US parlait d’Ilford comme étant leurs collègues… Mais en attendant, Ilford est déjà à la tâche et travaille avec London – Heathrow. Ils confirment déjà que les nouveaux scanners ne sont vraiment pas fait pour les films… Le lien est ici. C’est encore en anglais, sorry…

Par contre, ce n’est pas forcément une mauvaise nouvelle! Ces nouveaux scanners vont permettre de généraliser le contrôle manuel et cela rendra les aéroports un peu plus smooth et tolérants envers nos précieuses pellicules!

En attendant, merci pour votre lecture! Surtout, n’hésitez pas à continuer de voyager avec vos pellicules pour faire de belles photos! Et si vous avez des remarques ou infos complémentaires, partagez-les dans les commentaires.


Vous avez aimé? N'hésitez pas à partager!
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Participez au tirage au sort pour gagner une pellicule